logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/01/2011

Fernand Reynaud

Décreit par Philippe Bouvard.

fernand_raynaud_1.jpg

" Je l'ai connu chez Jean Nohain, dont je fus à mes débuts - ça me rajeunit guère - le cinquième assistant. Fernand était déjà une énorme vedette. Il avait conquis sa popularité en créant un personnage de monsieur tout-le-monde, mal habillé ("Y a comme un défaut") qui, avec une diction hésitante, narrait toutes les mauvaises surprises de sa vie quotidienne.

Au cinéma, il n'avait pas accroché. Mais sur scène, il était imbattable et rien que ses mimiques mettaient en joie un public dont il ne tolérait pas la moindre baisse d'attention. S'il entendait une réflexion ou un froissement d'un papier de bonbon, s'il voyait des amoureux se bécoter, il s'arrêtait net et prenait méchamment les coupables à partie.

Entre deux sketches, il passait en coulisse boire une rasade de ce vin blanc qui, avec l'habitude, était devenu l'indispensable carburant de son moteur artistique.

reynaud 3.jpg

Nous étions assez amis pour qu'un soir d'été sur la Côte d'Azur, où nous avions diné ensemble avec nos épouses respectives, il nous propose, pour nous épargner le train, de nous assurer une liaison rapide de la promenade des Anglais à la Croisette. Rapide : le mot est faible...

Au volant d'une puissant voiture, Fernand conduisait comme on se suicide. Observant en connaisseur dans le rétroviseur la panique de ses passagers morts de peur sur la banquette arrière, il prenait tous les risques.

A l'époque l'autoroute n'existait pas entre Nice et Cannes. Et sur la nationale 7, la voie était souvent unique. Fernand se souciait de la signalisation et du code de la route comme d'une guigne. Il doublait en haut des côtes, mordait furieusement sur la ligne jaune, multipliait les queues de poisson. Il ressentait chaque débordement comme un exploit, injuriant les automobilistes qui le précédaient, aveuglant ceux qui roulaient dans le sens inverse.

fernand.jpg

Une "promenade" noubliable. Jamais je n'ai été aussi étonné - même en avion, mode de transport que je déteste - d'arriver intact à destination.

... C'est dire si, quelques années plus tard, j'ai eu un flash-back en apprenant que Fernand venait de se tuer en percutant avec son beau cabriolet blanc le mur d'un cimetière de province ... Sept. 1973.

("Portaits pour la galerie" de Philippe Bouvard)

09:25 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Coucou jolie Josiane !
C'était vraiment un suicidaire cet homme , c'est ce qu'on appelle un clown triste .
Je ne le connaissais pas comme ça , je le croyais cool .
Bon mardi bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 11/01/2011

Si j'ai bien compris on peut dire qu'il "conduisait à tombeau ouvert !" et rentrer dans un mur de cimetière ... vraiment faut le faire !
En tout cas ses sketch sont toujours d'actualité !
Bises et bonne journée

Écrit par : Biche | 11/01/2011

Je pense qu'il cherchait inconsciemment à se suicider sans penser que d'autres en face n'avaient pas les mêmes désirs, heureusement que finalement il est arrivé seul là où il voulait aller. Orgueil surdimensionné peut-être, en tout cas je riais bien de ses histoires drôles et qui n'a pas en mémoire le 22 à Asnières?
Bonne journée

Écrit par : f.jegou | 11/01/2011

Il aimait les alcool C'est déja un moyen de se suicider à petit feu
Il m'a beaucoup fait rire
Bonne soirée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 11/01/2011

Il était, paraît-il, assez soupe au lait...... Bises et belle journée.

Écrit par : patriarch | 12/01/2011

Je crois que les comique comme lui ont disparu, ils me font moins rire, leurs textes se ressemblent tous, et je le regrette bien, ses mimiques étaient inimitables.


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 12/01/2011

Coucou du soir, amie Josiane...Ah! ce Fernand, avec son costume, ses croissants..etc Il a fait partie de la grande lignée de nos comiques. Merci de nous le rappeler. Bonne soirée amie Josiane et à bientôt Bises du noélus des Zalpes

Écrit par : l'alpin | 13/01/2011

Ce que j'ai pu apprécier ses histoires. Je n'imaginais pas qu'il puisse être aussi casse-cou.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 17/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique