logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/10/2011

Histoire d'ici

Tissus de Provence.

Dès le XII° siècle, les teintureries étaient déjà nombreuses à Marseille. Elles étaient établies près des murs d'enceinte de la ville, au bas de la rue d'Aix. Puis elles entrèrent dans la ville. Celle de la rue d'Aubagne, en 1740, était réputée pour la couleur rouge, de même pour celle d'Aix.

garance.jpg

On fabriquait le rouge à partir de la garence, plante dont la culture fut introduite dans le Comtat Venaissin au XVIII° siècle par un agronome arménien, Jean Althen.

Et aussi à partir de la cohenille, insecte parasite du chêne, que l'on broyait.

Pour le bleu ce sont principalement deux plantes cultivées pour leurs feuilles :

ila guède.jpg

- la guède dite le "pastel des teinturiers",

- l'indigo, venu d'Orient et apparu à Marseille dès le XIII° siècle.

Quand au jaune dit "couleur baise-ma-mio", un peu soufre, un peu moutarde, emblématique de Provence, on le fabriquait à partir des feuilles de différents arbres, arbustes, ou baies :

arbre le fustet.jpg

- le fustet, variété ornementale du sumac, arbre des régions chaudes et fournisseurs de tanin entre autres.

- le nerprun, ou prunier noir dont la baie "le graneto", fournissait des matières colorantes vertes ou jaunes.

- la genestrelle ou petit genêt,

- le tournesol.

La mode de fonds jaunes fit son essor dans les premières années du XIX° siècle.

Leur succès ne s'est, depuis, jamais démenti.

(Almanach 2011 - " Un an en Provence".

-------------------------------------

 

UN TRES BON DIMANCHE A TOUS ET TOUTES

 

fleur jaune.jpg


 

07:44 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Coucou jolie Josiane !
Belle histoire de là bas côté sud par chez toi . Sûre que les couleurs pour les tissus il y a de quoi faire avec les plantes du midi . Ici ce matin brouillard épais , j'attends le soleil . Bon dimanche gros bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 16/10/2011

Hélas, maintenant les teintures sont en grande partie synthétiques alors que les plantes fournissaient des teintes magnifiques, peut-être pas assez stables et la gamme des teintes pas assez étendue et certainement d'autres critères qui ont fait que cette pratique a disparu du moins je le crois
Bon dimanche
Bisous

Écrit par : f.jegou | 16/10/2011

on peut faire beaucoup de teintes très variées avec les feuilles et fleurs et les verts realisables sont extremement nombreux , plus qu'avec la chimie . Le problème est de trouver le bon mordant pour fixer la couleur .
mais il suffit de s'assoir dans l'herbe avec une belle robe blanche pour savoir que ces couleurs tiennent!
bisous

Écrit par : josette | 16/10/2011

ne des pus belles régions de France, bonne soirée Bises

Écrit par : patriarch | 16/10/2011

Ces couleurs devaient être très belles. Il faut maintenant faire avec du chimique.
Mais comment faire autrement ?

Je te fais de gros bisous mon amie Josiane,
Aliette-Lydia

Écrit par : Aliette | 17/10/2011

Dommage que ces pratiques anciennes aient pratiquement disparu
Je te souhaite une tres bonne soirée
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 17/10/2011

Bonsoir Josiane

De la culture de la garance dans les environs, il reste dans le jardin des plants qui ont squatté les pieds d'oliviers, les recoins et autres endroits un peu oubliés. Quand les petits enfants viennent, ils s'amusent à déterrer une racine et à se barbouiller de rouge la figure !!

Mais je ne connais pas les autres teintures dont tu parles, ) part la cochenille.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 17/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique